Interview avec Maude Arsenault, photographe et fondatrice d’une galerie The Print Atelier

Maude Arsenault, photographe canadienne, explore la beauté féminine dans son développement à travers le temps ainsi que les questions de l’érotisme et de la sexualité liés à ce passage. En travaillant à Paris, Sidney et New York pour des magazines et des marques de mode les plus connues dans le monde, elle est revenue au Canada pour réaliser son grand projet personnel – une galerie d’art en ligne. Dans cet interview Maude nous parle de la philosophie de son art et l’évolution de son style, de la conception de sa galerie et de ses visions d’un marché de l’art de photographie contemporaine.

Maude, merci de nous avoir rencontré pour cette entrevue. Pour commencer, pouvez-vous nous raconter comment a commencé votre passion pour la photographie?

J’ai l’impression d’avoir été photographe toute ma vie !  J’ai découvert la photo très jeune grâce à une tante qui elle aussi se passionnait de photographie. Voyant mon intérêt elle m’avait offert un vieux Pentax 1000, et voilà il n’en a fallu pas plus pour me faire voir le monde autrement. Passionnée par les petits details de la vie, de la beauté à la mode et aux paysages, j’ai toujours été « obsédée » par l’idée de tout photographier, et surtout de raconter des histoires. À l’âge adulte, je me suis mise à sortir dans les bars branchés de la ville qui étaient fréquentés par la clic de la mode et de fil en aiguille. C’est ainsi qu’en photographiant plusieurs mannequins pour le plaisir et, sans meme le vouloir, mes photos ont atterries entre les mains d’agences et de gens de l’industrie. Ma première campagne, obtenue par l’intermédaire d’une amie, s’est retrouvée placardée à travers la ville et des lors, le telephone ne s’est jamais arrêter de sonner ! Quelques années plus tard j’ai quitté le Québec pour aller vivre à Sydney, Paris et New York, où mon style s’est alors vraiment révèlé.

MaudeArsenault_NB_Arabesque_Web-uai-1032x673

Quelle est la partie la plus difficile d’un processus créatif? 

Définitivement l’insécurité et le doute car on se demande toujours si nos idées sont assez fortes, comment on peut les pousser plus loin et surtout si on ne répète pas quelque chose qui a déjà été trop dit ou déjà été fait…

2M_Keyhani_Beige-Diptych2-5138

En ayant déjà une formation en sciences des communications et cinéma et en étant une photographe reconnue au Canada et une commissaire de votre propre galerie photographique, pourquoi avez-vous décidé de poursuivre une formation d’histoire de l’art? 

Tout simplement parce que mes connaissances étaient très générales en matière d’histoire de l’art. J’ai ressentie à un certain moment, un réel besoin de comprendre plus spécifiquement les canons de l’histoire de l’art et aussi de mieux me situer dans mes choix curatoriales et dans ma pratique personnelle.

perle_09.jpg

201212_Perle_danseursShot6_390

Votre chemin artistique est très intéressant: de la mode à l’érotisme et à l’enfance. Pouvez-vous nous parler un peu plus de l’évolution de votre style?

Depuis mon enfance je suis fascinée par les comportements humains et la façon dont nous nous exprimons, nous vivons et surtout comment nous, les humais, interagissons ensemble. J’ai commencé très jeune à observer les gens, la photographie me permet de cadrer le monde d’un œil plus personnel, de le documenter et de capturer les petits détails de la vie qui parfois permettent de mieux comprendre et connaître l’autre. Mais comme je suis mélancolique et une éternelle rêveuse l’univers de la mode et de l’enfance, par exemple, me permettent de transmettre mon point de vue à travers des personnages idéalisés.  Mon style évolue au gré des changements intérieurs qui m’habitent, j’ai commencé à faire ce métier très jeune, je suis maintenant une femme de 44 ans et une maman, mon point de vue à évoluer au cours du temps et j’essaie de l’exprimer dans mes séries photographiques.

expo_mobilita_21.jpg

IMG_2699_JPG.jpg

Après votre retour en Amérique du Nord (Maude travail entre Montréal et New York) de Sydney et de Paris où vous avez travaillé pendant longtemps, comment pouvez-vous comparer les scènes artistiques de ces régions?  Quels sont les principales différences entre ces marchés de l’art? 

IrinaShayk_1.jpg

L’histoire de l’art l’a toujours bien démontré, il y a le vieux monde et le nouveau. On le sent quand on fréquente les cercles de l’Art en Europe ou en Amérique. Je dirais que cette distance s’amincie de plus en plus mais l’Europe a une approche plus intérieure, moins superficiel, plus hiérarchique et plus intellectuelle, moins matérielle qu’en Amérique. Mais je dois dire que j’aime l’ouverture et le coté plus accessible des marchés plus jeune, on y sent un dynamisme qui est rafraichissant.

Pouvez-vous nous parler de votre galerie en ligne? Comment est-ce que vous en êtes arrivé à cette idée? 

« The Print Atelier » a été crée principalement parce que je suis une passionnée de photographie d’art et qu’à l’époque (étrangement il n’y a pas si longtemps) des galeries en ligne spécialisées en photographie, comme la mienne, n’existaient pas vraiment.

Vivant au Canada mais fréquentant le milieu internationnal de l’art je désirais créer un meilleur accès à la photographie d’art et à la possibilité d’en acheter sans être obligé de passer par une galerie physique.  J’étais aussi continuellement questionné par mes pairs sur la possibilité de collectionner certaines de mes oeuvres et sur les artistes que je collectionnais moi-meme.

Screen Shot 2018-01-26 at 15.02.43.png

J’ai donc eu l’idée de créer un lieu virtuel où l’on pourrait découvrir le travail photographique d’artistes émergents et plus connus, de partout dans le monde, ce que j’ai fait en rassemblant les photographes et les artistes que j’aime ensemble, en un seul endroit !

Le concept de la galerie a été crée en 2012 mais ne connaissant pas le monde des technologies de près à l’époque il y a eu bon nombre de péripéties avant que le site ne puisse finalement voir le jour, en Avril 2013. The Print Atelier est pour moi, depuis le tout début, un projet très personnel.

Depuis le jour où j’ai commencé à développer cette idée, j’en suis devenue complètement obnubilée!

EmptyName_22_3-2.jpg

The Print Atelier représente des photographes reconnus mais qui travaillent dans des styles et des sujets différents. Qu’est ce que définit votre choix des artistes? 

Je réalise l’ensemble du commissariat des oeuvres et des artistes et je le fais sur la base de mes goûts personnels, de mon instinct et de ma connaissance et mon expertise du marché.

Screen Shot 2018-01-30 at 13.36.18

Screen Shot 2018-01-30 at 13.38.13

Screen Shot 2018-01-30 at 13.36.30

Screen Shot 2018-01-30 at 13.36.45

Pourquoi investir dans la photographie aujourd’hui? 

J’ai créé cette galerie parce que je crois profondément en la portée d’une oeuvre photographique. Je pense que la photographie d’art est sous-estimée et méconnue du grand public.

La démocratisation de la photographie dans les médias sociaux et le monde numérique ayant élargie le cercle des amateurs je pense qu’il faut que cet art se ré-appropprie ses lettres de noblesses et que les nouveaux amamteurs d’art s’y intéresse davantage. Je souhaite que collectionner de la photographie devienne un réflexe et qu’il ne soulève plus autant d’inquiétude et de questions. Je crois fermement que cette nouvelle façon d’acheter de l’art révolutionnera le monde de l’art qui a toujours été connu comme un cercle très fermé et éllitiste.

La galerie en ligne offre dorénavant la chance à toute une nouvelle génération de collectionneurs et d’artistes photographes d’exister, de se faire connaitre et de se développer.

MaudeArsenault_ClovellyPark_ClovelyParkCar_wall

© Zhamila Tampayeva

 

Advertisements
Standard

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s